Catégories

Rechercher

Au XIIème siècle, Venise était une république prospère, elle possède à l'époque de nombreuses manufactures de perles. Extraordinaire croissance de la fabrication des perles en verre, il faut dire qu'elle offre de sérieux avantages par rapport à ses concurrents(Bohème, Egypte, Hollande) : réseau commercial évolué, flotte marchande puissante la reliant à la mer noire, à la Méditerranée et à l'Europe.

En 1490, les verriers sont forcés de quitter Venise pour l'île de Murano (monopole de fabrication, danger que représentaient les nombreux fours pour la ville),  pendant prés de 50 ans ceux-ci  ne purent divulguer leurs secrets, prisonniers de leur Ile et menacés de mort s'ils tentaient de migrer.
Après ce transfert, la production de perles augmenta considérablement grâce à l'évolution des techniques. les verriers sont fortement influencés par les objets de verre complexes de l'antiquité égyptienne et romaine.
Les perles de verre sont classées d'après leur technique de fabrication : enroulement, étirage, moulage, soufflage.
Dans l'enroulement, l'artisan enroule le verre en fusion autour d'une tige comme du fil sur une bobine. Ces perles sont fabriquées individuellement.
Par contre pour les perles en verre étiré, les verriers utilisent des baguettes étirées à trou central, à partir duquel de nombreuses perles identiques peuvent être réalisées
Ce sont principalement ces 2 techniques qui sont utilisées à Murano. Depuis des siècles les méthodes de fabrication restent inchangées.

L'une des plus intéressantes est l'étirage du verre en tubes creux.
Un globe creux de verre en fusion est fixé à 2 plaques métalliques munies de tiges. 2 hommes, chacun tenant une tige, courent rapidement en sens inverse pour étirer un tube de verre mesurant au minimum 90 mètres. La bulle d'air initiale s'allongeant produit un orifice dans toute la longueur du tube. Celui-ci est ensuite fragmenté en baguettes, puis les baguettes en perles, et les perles parachevées par traitements thermiques ou par meulage.

Les perles enroulées contrairement aux perles étirées ne nécessitent pas de grands fours. Elles sont produites à la lampe à huile par de petits artisans.

Vers 1615, les motifs se multiplient : perles millefioris, à chevrons, verre mosaïqué,….Au XV ème siècle, les maîtres verriers vénitiens diversifirent leurs techniques et inventèrent des verres tantôt colorés, tantôt d'une transparence inégalée, tantôt blancs laiteux ou piquetés d'or. De nos jours encore, les verriers de Murano maintiennent une telle qualité que certains objets sont considérés comme des oeuvres d'art.


Les Millefiore (mille fleurs):  le principe est semblable à celui des perles à chevrons, mais les baguettes de verre sont beaucoup plus fines, sans trou central. Les petites pièces découpées sont amalgamées autour d'in fil métallique par un liant de verre fondu. La perle chaude est pressée dans un moule pour lui donner sa forme définitive, puis refroidie et plongée dans l'acide pour ronger le fil, ce qui formera le trou.

Les perles de verre soufflé : la forme de la pierre est crée par le souffleur, puis on y dépose d'autres couleurs de verre ou de l'or. Les mouvements du souffleur créent les formes spiralées caractéristiques de ces perles.

Les perles enroulées à la lampe : la lampe est la source de chaleur qui permet de fondre la baguette de verre, et de l'enrouler autour d'une mince tige de cuivre que l'artisan fait tourner en permanence. la perle ainsi formée est ensuite décorée, puis plongée dans l'acide pour dissoudre le métal et former le trou.


Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander

Rechercher